La vermifugation du chien pour les parasites internes

Chien malade - Vermifuge chien

Traiter votre chien avec un vermifuge contre les parasites internes tout au long de l’année est indispensable pour sa bonne santé. Non seulement est-il important pour le chien, mais aussi pour son entourage animal et humain. 

En effet, il existe des parasites qui peuvent être transmis à l’homme, notamment les vers touchant les intestins du chien qui peuvent provoquer chez les humains des maladies cutanées, neurologiques, des yeux, des poumons et des organes abdominaux. Mieux vaut prévenir que guérir !

Administrez à votre animal des médicaments préventifs pour limiter les risques d’infestation par des parasites, et ce dès son plus jeune âge. Vermifuger votre chien, c’est lui assurer une croissance épanouie tout en étant protégé. Et si votre animal est infecté, pas de panique ! Il existe toute une batterie de médications adaptées permettant de détruire les organismes perturbateurs.

Quels parasites internes visons-nous et pourquoi ?

Il existe une multitude de parasites pouvant contaminer différents organes de votre animal. Les intestins et le cœur sont les organes les plus couramment touchés, mais les yeux, le système nerveux, les poumons, les autres organes internes les et la peau peuvent aussi être affectés.

Les parasites intestinaux :

Les deux grands types de vers intestinaux du chien sont les vers plats et les vers ronds.

Les vers plats (les cestodes, souvent connus sous le nom de ténias, par exemple les Dilépididés, les Ténidés et les Échinocoques) ressemblent à des grains de riz en chapelet et se voient facilement dans les selles.

Conseil vétérinaire - vers plats du chien

Les vers ronds (nématodes, par exemple les Ankylostomes, les Ascaris et les Trichures) ressemblent plutôt à des spaghettis, mais sont rarement observés dans les selles sauf quand l’infestation est vraiment très importante.  

Les vers se fixent dans l’intestin grêle des chiens où ils prennent leur forme adulte.  Avant cela, ils ont parcouru, à l’état de larve, d’autres organes du chien en causant parfois des dégâts importants.

Conseil-vétérinaire vers ronds du chien

Les vers du cœur et des poumons :

Il existe aussi des parasites touchant le système cardio-respiratoire de votre chien, comme le Dirofilaria Immitis, plus communément appelé le “ver du cœur” ou l’Angiostrongylus (dans l’artère pulmonaire et qui affecte les poumons, le cœur et les vaisseaux). 

En se développant, le ver du coeur peut atteindre une taille maximale de 30 cm et occuper quasi la totalité des chambres vitales du cœur de votre chien, qui peut en mourir. 

Conseil-vétérinaire - Vers du coeur

C’est pourquoi des vérifications fréquentes sont indispensables pour le meilleur ami de l’homme !

Comment sont transmis ces parasites internes ?

Les vers parasites se trouvent principalement dans l’environnement et sont transmis par leurs œufs (qui sont très résistants et peuvent survivre des mois voir plus dans l’environnement), ou par leurs larves. Ni l’œuf ni la larve n’est visible à l’œil nu. 

Les vers plats sont principalement transmis par l’ingestion de parasites externes tels que les puces, qui sont porteurs des vers. Ils peuvent aussi être transmis par la consommation d’autres animaux porteurs tels que les petits rongeurs ou même la viande crue de bœuf ou d’autre ruminant.

Les vers ronds sont principalement transmis par l’ingestion des œufs ou des larves dans l’environnement ou dans le corps d’animaux porteurs. Si votre chien a mangé un petit rongeur par exemple, ou tout autre animal contaminé, il y a un risque que les parasites s’installent dans l’organisme de votre animal.

Ces vers se transmettent surtout très facilement par le simple reniflement ou léchage des œufs ou des larves dans l’environnement.  Ceux-ci sont invisibles à l’œil nu et peuvent être présent à tout endroit où un autre animal contaminé aurait pu passer, tels que les trottoirs, les herbes et gazons.  

Les vers intestinaux peuvent aussi se transmettre via le placenta lorsque la femelle est en gestation (durant sa grossesse). Un chiot pourrait donc très bien être contaminé dès la naissance, mais aussi après la naissance via l’intermédiaire du lait maternel.

Certains vers prolifèrent très rapidement et s’accrochent aux parois des intestins du chien grâce à de petits crochets. Certaines larves, arrivées à l’âge adulte, vont pondre des œufs, s’installant ainsi dans le tube digestif. 

C’est pourquoi des vérifications par l’analyse microscopique des selles de la maman et du chiot chez le vétérinaire s’imposent et ne sont jamais de trop.

Les vers du cœur sont principalement transmis par des moustiques. Il suffit que ces derniers piquent un animal infesté pour répandre la contamination vers d’autres animaux qu’il piquera ensuite. Le vers du cœur se retrouve plus particulièrement dans des régions plus chaudes et humides tels qu’autour du bassin méditerranéen en Europe. 

Avec le réchauffement climatique, les conditions météorologiques chaudes et humides remontent de plus en plus vers le nord du continent, en augmentant fortement le risque d’infection par le ver du cœur là où il était par avant assez rare.

Il peut aussi être transmis via le placenta d’une chienne infectée aux chiots durant la grossesse.

Soyez donc prudents et réalisez l’importance de vermifuger votre chien, pour sa santé, mais aussi pour vous et vos proches !

Quels parasites sont transmissibles à l’homme ?

Certains parasites peuvent aussi contaminer l’être humain, et plus particulièrement, les jeunes enfants qui pratiquent moins les bonnes règles d’hygiène. En portant leurs mains à la bouche, et si un contact avec un milieu présentant les excréments d’un animal infecté est établi, l’infestation opère.  Les bacs à sable ou les parcs sont des endroits très fréquents de contamination des enfants, sans oublier leur propre jardin dans le cas de contamination de son propre chien.

Certains petits vers ronds (Ankylostomes) peuvent aussi être transmis par la pénétration des larves microscopiques dans la peau. 

La proportion de personnes infectées reste non-négligeable. Elle est comprise entre 3 à 6% pour les habitants des villes, et peut atteindre les 15% à la campagne. Mais dans la plupart des cas, il n’y a pas de réel danger. Ces vers sont éliminés rapidement par l’organisme humain.

Toutefois, les principaux organismes parasites qui peuvent vous être transmis sont :

Vers ronds :

  • Toxocara Canis (peut causer des réactions immunitaires graves, des pathologies des poumons, du foie, des yeux, du cerveau)
  • Ascaris (migrent dans l’organisme et peut se loger dans les muscles, l’œil et le cerveau)
  • Ankylostomes (peut causer des manifestations de la peau, du système nerveux, des yeux, des poumons et des intestins)

Vers plats :

  • Échinocoques (peut endommager le foie et les poumons)
  • Ténias (vers intestinaux qui provoquent des problèmes d’appétit, douleurs abdominales, nausées, diarrhées et constipation, mais chez l’enfant des pathologies plus graves en affectant le système neurologique, cardiovasculaire, respiratoire et cutané)

 

Les tests que vous pouvez faire pour évaluer si votre animal est infesté

Pour déterminer si votre chien est contaminé par des vers parasites, plusieurs tests existent.

Analyse des selles pour parasites intestinaux

L’examen des selles est très simple à réaliser au cabinet par votre vétérinaire. Il est obligatoire pour tout animal qui présente des troubles digestifs, comme des vomissements ou des diarrhées. Si votre chien présente une perte de poids anormale, pensez aussi à réaliser un test !

Ce dernier a le bénéfice d’être rapide, car il suffit d’analyser les selles de votre animal (datant de moins de 12 heures) au microscope. Toutefois, pour plus de précision, un test par flottaison fécale peut aussi être réalisé, car les vers sont plus ou moins visibles selon leur type.

Il est fortement conseillé de réaliser cet examen au moins une fois par an au moment de l’examen annuel, même si votre animal ne démontre aucun symptôme, car la plupart des infestations passent inaperçues à l’œil du propriétaire.

Analyse du sang pour le ver du cœur

En cas d’infestation par des parasites du cœur, votre chien peut présenter de l’hypertension pulmonaire, une certaine toux, et ce dernier devient de moins en moins tolérant à l’effort. En clair, il se fatigue plus vite.

Le ver du cœur est détecté très facilement par de simples analyses du sang.  Ce test est, néanmoins peu recommandé avant que le chien n’ait atteint l’âge de moins de 7 mois, car il faut 6 mois après l’infection initiale pour que le test soit positif.

En cas d’un test initialement négatif, il est recommandé de re-tester l’animal selon les recommandations du vétérinaire.

Attention que pour un chien adulte qui n’est pas à jour pour sa prévention du ver du cœur, un test sanguin est indispensable avant de commencer ou de recommencer les traitements préventifs, car en cas de forte infestation, le médicament préventif contre le ver du cœur peut provoquer des réactions sévères et même entraîner la mort du chien.

Des tests complémentaires peuvent aussi être recommandés pour des chiens présentant de symptômes avancés, comme des radiographies ou des échocardiographies.

Quelles sont les modalités d’application du vermifuge  pour le chien?

Il existe plusieurs méthodes concernant la vermifugation de votre chien. Pour le protéger contre les vers, vous pouvez lui administrer une solution buvable, le traiter par injection ainsi que lui faire ingérer ou mâcher des comprimés (bonbons).

Cela dépend aussi de la fréquence à laquelle votre animal doit prendre sa médication. Certaines méthodes étant plus adaptées à la facilité d’administration alors que d’autres selon le type de parasites présents. 

Votre vétérinaire est la personne de référence indispensable pour vous guider dans le meilleur plan préventif adapté spécifiquement à votre chien.

À quelle fréquence devez-vous vermifuger votre chien ?

Pour un chien adulte, il est généralement recommandé de procéder à une vermifugation tous les 6 mois minimums, mais il est indispensable que le médicament et la fréquence de traitement soient établis par votre vétérinaire selon les conditions de santé et de vie uniques à votre chien et aux recommandations spécifiques de chaque médicament, qui ne sont pas touts les mêmes !

En revanche, notez qu’il est considéré que presque tous les chiots possèdent des vers, et ce dès la naissance due à la transmission maternelle. Il est donc souvent recommandé de traiter les chiots toutes les deux semaines à partir de la fin de la deuxième semaine après la naissance, et ce pour une durée d’environ deux mois avant le début d’un traitement préventif de base.  

À nouveau, votre vétérinaire est la meilleure référence, car, selon les conditions particulières du chiot, différents produits pourraient être recommandés et une analyse des selles pourrait devoir être faite pour déterminer le traitement optimal.

Soyez vigilants concernant les vermifuges naturels

Beaucoup de plantes ont des vertus antiparasitaires et peuvent avoir démontré une certaine efficacité dans certains cas. Toutefois, du point de vue des organismes réglementaires pour les médicaments vétérinaires, ces produits sont considérés comme des compléments alimentaires et n’ont pas l’approbation du milieu médical. La plupart de ces compléments alimentaires n’ont pas été assujettis à des évaluations scientifiques contrôlées en termes d’efficacité et de sécurité.  

Ces deux derniers facteurs dépendent beaucoup du mélange, de la quantité et de la qualité des ingrédients fournis qui sont donc difficilement évaluables et varient selon le type de parasite, l’environnement de votre chien et de son état de santé et de son système immunitaire.  

Attention aussi que certains ingrédients « naturels » peuvent aussi carrément être nuisible à la santé de votre chien.

Si vous décidez de les utiliser, nous vous recommandons de consulter votre vétérinaire avant tout début de traitement et de procéder fréquemment à des examens des selles de votre chien, afin de contrôler la charge parasitaire. 

La sécurité de votre animal passe avant tout !

L’importance de consulter un vétérinaire pour son chien

Chien chez le vétérinaire

La prévalence des différents types de parasites peut différer selon l’aspect géographique

En effet, comme tout organisme vivant, les différents parasites sont plus ou moins présents selon les régions. Par exemple, dans le cas du ver du cœur transmit par les moustiques, la présence du parasite dépend de la localisation de ces insectes, qui se trouvent plutôt dans des climats chauds et humides. De plus, les populations de chiens se déplacent de plus en plus, ce qui augmente les risques de transmission et d’infestation.

Pensez aussi à vermifuger votre chien si vous partez à l’étranger. Différentes zones géographiques peuvent être assujetties à des populations plus ou moins importantes de différents types de parasites et desquels il est indispensable de protéger votre chien.

Nous vous recommandons ainsi d’obtenir des renseignements auprès de votre vétérinaire afin de garantir la bonne santé de votre chien !

Le meilleur traitement doit se décider en fonction de l’individu

Enfin, nous tenons à préciser que c’est bel et bien votre vétérinaire qui devra choisir le vermifuge le plus efficace pour votre chien en fonction de plusieurs paramètres relatifs à son état physiologique (gestation, d’autres maladies présentes), son âge, son environnement et de quel type d’application (injection, bonbon, etc.) sera la plus facile pour vous et pour lui.

Les mesures à prendre chez vous pour avertir votre vétérinaire au plus vite de la possibilité de l’infestation de votre chien par des parasites internes concernent principalement la reconnaissance de certains symptômes :

  • l’observation de vers dans les selles
  • la perte de poids,
  • la perte d’appétit, 
  • la fatigue, 
  • la perte d’énergie, 
  • les vomissements, 
  • la diarrhée 
  • les difficultés respiratoires.

Prenez rendez-vous avec votre vétérinaire afin de collaborer pour établir le plan de vermifugation le mieux adapté pour assurer un futur heureux de votre compagnon à vos côtés !

Conseil du vétérinaire

Il ne faut pas oublier que, sauf dans le cas d’une infestation TRÉS IMPORTANTE de parasites externes ou de parasites internes, ces petites pestes nous sont toutes pratiquement INVISIBLES !  

C’est pourquoi il est tellement important de rester extrêmement vigilant et de ne jamais laisser tomber le traitement régulier (selon les recommandations de votre vétérinaire relatives au type de produit utilisé).  

Vous avez vu que même les parasites qui nous semblent presque anodins, comme les puces, peuvent provoquer de graves maladies dans votre chien. 

Si vous attendez d’avoir la confirmation visuelle d’une infestation de parasites externes ou internes, vous pouvez vous assurer que l’infestation a déjà atteint un point critique et très dangereux pour votre chien.

Vous avez aimé cet article et souhaitez en apprendre plus sur la santé et le bien-être de votre animal ? Visitez GRATUITEMENT  notre e-Expo 2020, consacrée aux Soins Préventifs et au Bien-être des animaux de compagnie.

JE PARTICIPE