Pourquoi mon chien sent-il mauvais ?

chien-couche-dans-lherbe

Pourquoi mon chien sent-il mauvais ?

Introduction

Si vous avez un chien, vous l’avez certainement déjà remarqué : il ne sent pas toujours très bon. Comme nous, chaque chien a sa propre odeur corporelle qui peut être plus ou moins forte et à laquelle on s’habitue lorsqu’on vit avec lui. Mais parfois, elle devient plus prononcée, par exemple en rentrant de promenade. S’il s’est retrouvé sous la pluie ou a décidé de se rafraîchir dans un étang. Ou encore s’il s’est roulé dans quelque chose de particulièrement attractif. Dans ces cas-là, un bain avec un shampooing adapté pour chien résout directement le problème. Mais pourquoi, dans certains cas, malgré des shampooings répétés, l’odeur persiste-t-elle ?

 

La peau de mon chien sent mauvais : les problèmes de peau

Il existe toute une panoplie d’affections cutanées qui pourraient expliquer une mauvaise odeur accompagnée (ou non) de démangeaisons chez votre compagnon à quatre pattes. Ce n’est donc pas pour rien qu’il y a des vétérinaires spécialisés en dermatologie !

Certains chiens sont prédisposés à faire des dermatites, que ce soit à cause de leur génétique (les bouledogues, le boxer, le labrador, etc.), d’une allergie alimentaire ou environnementale ou que ce soit lié à de l’automutilation le plus souvent causée par du stress.

Certaines bactéries, levures ou certains parasites et cancers peuvent également causer des pathologies cutanées ou venir se rajouter aux autres causes. Il existe bien sûr une flore commensale de la peau (les microbactéries et les levures qui vivent normalement sur la peau et la protègent des agents extérieurs) chez nos amis canins. Mais celle-ci peut être déréglée à la suite d’une baisse d’immunité, par exemple. Ceci rend le problème plus complexe et nécessite dès lors le plus souvent un traitement à différents niveaux.

chien-avec-des-taches-rouges-sur-la-peau

Si vous remarquez que votre chien ne sent pas bon et/ou qu’il se gratte, vous serez amené à consulter votre vétérinaire. Ce dernier regardera de près la peau de votre ami à quatre pattes en faisant particulièrement attention à l’absence de poils, à la présence de rougeurs, de lésions de grattage, de pellicules, de parasites visibles à l’œil nu ou leurs excréments, de décoloration ou épaississement de la peau, de suintements ou de production excessive de sébum.

chien-qui-se-gratte-loreille

Parfois, d’autres tests plus ou moins complexes peuvent être nécessaires pour trouver la cause de la dermatite. Certains d’entre eux peuvent être réalisés directement chez votre vétérinaire, tandis que d’autres nécessitent plus d’expertise et de matériel et sont donc réalisés exclusivement par un vétérinaire-dermatologue.

  • Le test le plus simple se résume à peigner l’animal afin de récolter des poils et des débris. Ce qui est récolté peut révéler à l’œil nu la présence de parasites externes ou leurs excréments (lorsqu’on met une goutte d’eau sur des crottes de puces, elles deviennent rouges).

chien-qui-perd-ses-poils

  • On peut également regarder les poils et les débris au microscope ou les envoyer au laboratoire qui les mettra en culture pour détecter la présence de bactéries, parasites ou champignons.

veterinaire-qui-regarde-dans-le-microscope

  • De façon similaire, le vétérinaire peut arracher quelques poils avec leurs racines pour les regarder au microscope. Ceci peut notamment révéler la présence de démodécie (liée à un parasite de gale qui se propage dans l’épaisseur de la peau de l’animal), de cheyletiella (un autre parasite de gale plus superficiel) ou de champignons responsables de la teigne. La structure du poil même peut aussi donner des indices sur des problèmes de kératinisation, par exemple.
  • Une autre technique efficace et pourtant très simple pour récolter des éléments à la surface de la peau de votre chien fait usage d’un morceau de papier collant transparent classique. Le scotch est appliqué sur les zones lésées de la peau et est ensuite regardé au microscope. Cet examen permet de mettre en évidence la présence de parasites, bactéries et même dans certains cas, d’un problème auto-immun.

Lorsque le vétérinaire cherche quelque chose de plus spécifique, il va être amené à faire d’autres tests comme un raclage cutané, une mise en culture d’un échantillon ou encore l’utilisation de la lampe de Wood.

  • Un raclage cutané peut être un peu surprenant mais est très utile pour poser le diagnostic de démodécie et ne fait pas très mal. Votre vétérinaire va utiliser une lame de scalpel préalablement émoussée pour gratter la surface de la peau jusqu’à ce qu’elle devienne légèrement rosée. Les cellules récoltées sont alors analysées au microscope.
  • La mise en culture d’échantillons est particulièrement intéressante lorsque le chien présente une lésion suintante, ce qui signifie la présence de bactéries. Votre vétérinaire fera un écouvillon de la zone en récoltant un peu de suintement et de cellules superficielles avec une petite brosse stérile. Au laboratoire, cet écouvillon est mis en culture dans une boîte de pétri et au bout de quelques jours, les résultats permettront de savoir non seulement de quelle bactérie il s’agit, mais aussi quel antibiotique sera le plus efficace pour l’éliminer.
  • Si votre chien présente une lésion très localisée typiquement ronde et sans poils, votre vétérinaire suspecte peut-être la teigne. Dans ce cas-là, le test le plus simple consiste en l’utilisation de la lampe de Wood. Cette lampe permet dans certains cas de confirmer la présence de teigne chez le chien. Si la zone éclairée apparaît en vert, le diagnostic de teigne est posé. Si par contre la couleur ne change pas, on ne peut néanmoins pas exclure la possibilité que le chien ait la teigne. En effet, seul Microsporum canis devient fluorescent à la lampe de Wood, mais ce n’est pas le seul agent potentiellement responsable de teignes.

Si votre vétérinaire suspecte plutôt une cause allergique, il peut vous proposer une prise de sang en vue de faire une désensibilisation. Un vétérinaire dermatologue peut aussi être amené à faire un test d’allergie cutanée semblable à ce qui est proposé en médecine humaine. Une zone de la peau est tondue et différents allergènes (des herbes, des pollens, de la poussière, etc.) sont injectés. S’il y a une réaction locale avec une boursouflure plus ou moins importante de la peau, on en conclut une allergie à cet allergène. Certains nouveaux médicaments sont aussi maintenant disponibles pour soutenir le traitement des allergies.

veterinaire-qui-fait-une-analyse-sanguine

Comme cité plus haut, certaines races de chien sont prédisposées par leur génétique à faire plus facilement des problèmes cutanés.

  • Ainsi, certaines races comme le labrador, le berger allemand, les bouledogues, les setters et bien d’autres, sont sujettes à faire des réactions allergiques appelées de l’atopie (des démangeaisons de la peau). L’atopie peut être présente tout au long de l’année ou apparaître en pics à certaines saisons, ce qui aide parfois à trouver la cause de l’allergie.
  • La présence de plis au niveau du visage dans les races comme le bouledogue, le carlin, le boxer et le shar-peï peut favoriser un déséquilibre de la flore cutanée et mener à des infections. Certaines races, comme le cocker, peuvent aussi être prédisposées à une dermatite au niveau des lèvres. Une bonne hygiène quotidienne des plis est donc primordiale si vous avez un chien d’une de ces races.
  • Cliquez ici pour voir notre article qui se penche sur les prédispositions raciales chez le chien

Mon chien sent mauvais et se gratte les oreilles

Une autre source potentielle de mauvaise odeur chez le chien est une infection d’une ou des deux oreilles. Elle peut être causée par des bactéries, des levures, des tumeurs ou un corps étranger.

loreille-dun-chien

Si votre chien se gratte beaucoup les oreilles ou se secoue la tête, il y a de grandes chances qu’il ait une pathologie des oreilles. Votre vétérinaire ira voir dans le fond de l’oreille avec un otoscope et prendra peut-être un écouvillon des sécrétions présentes pour faire d’autres analyses si nécessaire. Certains vétérinaires évalueront l’échantillon directement au cabinet ou pourraient l’envoyer au laboratoire pour l’analyse.

chien-qui-se-fait-ausculter-les-oreilles

  • Dans certains cas, par exemple, s’il y a un corps étranger à retirer, il faudra sédater le chien pour le faire dans les meilleures circonstances possibles.
  • Tout comme pour les problèmes de peau, certaines races comme le cocker, le berger allemand ou les bouledogues sont prédisposés à faire plus facilement des otites.
  • Pour plus d’informations sur les maladies liées à la race, cliquez ici.

Mon chien a mauvaise haleine : l’hygiène dentaire

Une mauvaise odeur chez un chien ne provient pas toujours de la peau ou des oreilles mais peut être due à un problème d’origine buccale.

Au fil des années, le tartre s’accumule sur les dents de nos compagnons à quatre pattes et peut dégager une très forte odeur. En fonction de la race, de l’alimentation et de l’âge de votre chien, les débris alimentaires, la salive et les cellules desquamées de la bouche vont être transformés en tartre plus ou moins rapidement par les bactéries buccales.

Quand il est présent en grande quantité, le tartre va blesser la gencive en envahissant de plus en plus l’espace entre celle-ci et les dents, ce qui va causer une gingivite. Cette infection est non seulement douloureuse mais peut aussi être à l’origine de pathologies systémiques. Les bactéries présentes en bouche peuvent se détacher et aller dans différents organes et même dans le sang. On en vient donc à avoir des infections de ces organes (du cœur, des reins, etc.), voire une septicémie.

chien-avec-les-dents-bruns-et-calciné

Lors de la visite annuelle chez votre vétérinaire, celui-ci regardera l’état des dents. Une légère décoloration est normale mais s’il y a une couche dure, jaune ou brune près de la gencive, il est peut-être temps de prévoir un détartrage. Il s’agit d’une intervention qui fait partie des soins préventifs étant donné qu’une bonne hygiène buccale aide à entretenir une bonne santé générale. Le détartrage se fait sous anesthésie générale, donc un bilan préopératoire qui comprend éventuellement une prise de sang est intéressant.

Pour maintenir une bonne hygiène dentaire au quotidien et ainsi ralentir la formation de tartre, il est conseillé de brosser les dents de votre chien au moins un jour sur deux ou un jour sur trois. Ce n’est pas quelque chose de facile à faire chez tous les chiens. Essayez donc de l’habituer le plus tôt possible. Il existe aussi des friandises qui peuvent aider à nettoyer les dents ou des compléments à ajouter dans l’eau. Il existe aussi certaines marques de croquettes qui aident à l’hygiène dentaire par une action liée à leur composition. Si vous avez des questions à ce sujet, parlez-en à votre vétérinaire.

chien-qui-se-fait-brosser-les-dents