Check list pour adopter un nouveau chat

AnimEd Solutions | Check list pour l’adoption d’un nouveau chaton

Adopter un nouveau chat est un moment très excitant ! Cette liste est faite pour vous aider à trouver un chaton en bonne santé physique et comportementale et qui est aussi adapté à votre mode de vie. Cette liste est un guide et n’est d’aucune façon exhaustive. Si une réponse aux questions posées n’est pas celle espérée cela ne peut pas vous empêcher d’adopter le chaton, mais au moins vous êtes informés. Il s’agit juste de vous donner quelques outils et quelques trucs auxquels faire attention !

Questions à poser avant la première visite

Est-il nécessaire de voir le chaton avant de vous engager à l’adopter ? Il est difficile de résister à un chaton une fois qu’il est devant vous, alors assurez-vous d’avoir le plus d’informations objectives possible à son sujet avant de partir à sa rencontre. Voici quelques questions pour vous guider :

1. Quelle est la date de naissance du chaton ?
Les chatons de moins de 8 semaines ne doivent pas encore être séparés de leur mère.

2. Est-ce que je pourrai voir la mère ?
Lorsque vous achetez un chaton à un éleveur ou à des particuliers, vous devriez pouvoir rencontrer sa mère. Ainsi, vous verrez son tempérament (qui sera probablement transmis à ses chatons) et vous pourrez vous assurer que le chaton ne vient pas d’ailleurs. Il se peut que cela ne soit pas possible si le chaton vient d’un refuge.

3. Le chaton a-t-il été élevé au biberon ou par sa mère ?
Les chatons élevés au biberon ont tendance à être plus nécessiteux et moins conscients des files d’attente sociales que les chatons qui ont été élevés par leur mère. Ceci n’est pas mauvais, mais ça peut affecter la relation que vous aurez avec votre nouvel animal.

4. Où est ce que le chaton est né et grandi ?
Idéalement, un chaton destiné à devenir un animal de compagnie devrait avoir passé la majeure partie de son temps avant adoption dans un environnement familial où il aura été exposé à un maximum de situations, de personnes, d’espèces différentes. Les neuf premières semaines de la vie d’un chaton sont la période où il découvre le monde qui l’entoure. S’il n’a pas été suffisamment exposé, il risque d’être plus stressé et il et aura plus de mal à s’adapter dans un nouvel environnement. Cela ne signifie pas que ce sera impossible.

5. Le chaton a-t-il grandi aux côtés de ses frères et sœurs ?
Les chatons qui grandissent avec d’autres chatons ont généralement une personnalité plus équilibrée, surtout lorsqu’il s’agit d’interagir avec d’autres chats et avec les humains.

6. L’identité du père est-elle connue ?
Si oui, quelle est sa personnalité ? La personnalité d’un chaton est en partie influencée par celle de ses deux parents. Toute information à ce sujet pourra vous donner une idée sur l’évolution de votre nouveau compagnon.

7. Le chaton est-il affectueux, extraverti ou stressé ?
Si vous décidez de rendre visite au chaton, il se peut qu’il se comporte différemment autour de vous qu’autour de personnes qu’il connaît bien. Demandez à la famille, aux employés du refuge ou à l’éleveur s’ils recommandent une visite ou pas.

8. Le chaton a-t-il été exposé à une variété de personnes, de sons, d’odeurs, de vues et d’expériences pendant sa croissance ?
Nous ne nous en rendons pas compte, mais nos maisons sont remplies de nombreux sons, d’odeurs et d’expériences nouvelles auxquels un chaton doit s’habituer. Si il a été exposé à une série de personnes, d’expériences, de sons, d’odeurs et d’images différentes, les chances qu’il soit vite à l’aise dans votre maison seront plus grandes.

9. Le chaton est-il complètement sevré ?
Les chatons qui ne sont pas prêts à s’alimenter de façon autonome en mangeant des croquettes et qui ont encore besoin de lait maternel ne sont pas prêts à être adoptés. À l’âge de 8 semaines, ils ne devraient plus être nourris au lait maternel et être prêts à rejoindre leur nouveau foyer.

10. Le chaton a-t-il eu des problèmes de santé ?
Certains problèmes de santé chez les jeunes chatons peuvent les prédisposer à des fragilités. Une infection respiratoire à l’âge de quelques semaines peut les rendre sujets à un écoulement nasal chaque fois que leur immunité diminue, lors d’un stress par exemple. Ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas l’adopter, mais c’est important de le savoir.

11. La mère a-t-elle été vaccinée avant la naissance des chatons ? Quels vaccins a-t-elle reçus ?
Si la mère a été correctement vaccinée, les chatons seront beaucoup moins susceptibles d’être infectés par des virus qui provoquent des maladies comme le coryza, le typhus, la leucémie féline, etc.

12. La mère a-t-elle été testée pour les maladies qui peuvent être transmises à ses chatons pendant la gestation ?
Certaines maladies comme la leucémie féline (FeLV), le virus de l’immunodéficience féline (FIV) et la toxoplasmose peuvent être transmises d’une mère infectée à ses chatons pendant la gestation.

13. Est-ce que le chaton a de longs poils?
Les chats à poils longs ont besoin de beaucoup de toilettage, ce qu’ils n’apprécient pas forcément. Si vous adoptez un chaton à poils longs, il est important de vous assurer que vous aurez du temps et la patience pour lui apprendre à s’habituer à être brossé et à continuer à le brosser quotidiennement.

14. L’un des parents est-il un chat de race?
Cela vous donnera une idée de certains traits de personnalité liés à la race, du niveau de soins et des éventuels problèmes de santé.

15. Le chaton est-il socialisé aux chiens ?
Le fait d’avoir eu des contacts positifs avec des chiens à un jeune âge est un avantage si vous avez déjà eu un chien ou si vous prévoyez d’en avoir un à l’avenir.

16. S’il s’agit d’un chat de race, est-ce que l’un des parents ou les chats des portées précédentes ont présenté des maladies dont le chaton pourrait hériter ? Ont-ils subi une intervention chirurgicale corrective ?
Certaines races sont prédisposées à des maladies ou troubles physiques. Savoir si d’autres membres de la famille ont été touchés et en quelle proportions, peut aider à déterminer les risques de votre chaton. Demandez aussi à l’éleveur ou à la famille si les parents ont subi des tests de dépistage de maladies héréditaires. Bien que l’absence de maladies héréditaires ne garantisse pas que votre chaton sera en bonne santé pour toujours, cela augmente sa probabilité d’être en bonne santé et plus longtemps.

Questions supplémentaires à poser lors de l’adoption dans un refuge:

Conseil adoption chat en refuge

1. Quel âge avait le chaton lorsqu’il a été abandonné ou trouvé ?
Comme mentionné précédemment, les chatons qui passent plus de temps avec leur mère ont un tempérament différent de ceux qui ont été séparés trop tôt. Cela peut avoir des conséquences sur la santé et le comportement.

2. Ont-ils été abandonnés avec leur mère ? Avec leurs frères et sœurs ?
Ce sera un facteur déterminant pour leur personnalité et leur niveau de confiance en soi.

3. Quelles ont été leurs conditions de vie avant d’arriver au refuge ?
Toute information supplémentaire sur leur passé peut être utile pour comprendre votre nouveau compagnon. Ceci tant sur le plan du comportement que de la santé.

4. Le refuge ou l’association de relogement procède-t-il à des tests de dépistage des maladies virales ?
Lorsque l’origine d’un chaton n’est pas claire, la possibilité qu’il soit porteur de virus qui provoquent des maladies comme l’immunodéficience féline (FIV), la leucémie féline (FeLV), le coryza, l’herpès, la péritonite infectieuse féline (FIP), etc. est très réelle. Certaines de ces maladies peuvent passer inaperçues pendant des années avant de provoquer des symptômes. Parfois le chaton ne tombera jamais malade lui-même, mais il peut contaminer d’autres chats de la maison.

5. Quelle est la politique du refuge ou de l’association d’accueil si vous faites tester le chaton en privé et qu’il s’avère positif pour une maladie virale ?
Si le refuge n’a pas encore testé le chaton pour des maladies virales transmissibles, il est important de demander à votre vétérinaire de tester le chaton pour le virus de la leucémie féline et le virus de l’immunodéficience féline lors de sa première visite. Renseignez-vous si le refuge est disposé à reprendre le chaton et à lui fournir des soins vétérinaires adéquats si le test est positif. N’oubliez pas que, sauf si vous avez d’autres chats à la maison qui pourraient être infectés, les chatons qui sont positifs pour ces virus ont toujours besoin d’un bon foyer et peuvent mener une vie heureuse à condition que leurs propriétaires soient vigilants dans les soins qu’ils leur prodiguent et qu’ils voient leurs vétérinaires régulièrement.

6. Quelles sont les conditions de vie actuelles du chaton ?
Le chaton est-il seul dans son espace de vie ? Les chatons d’une même portée vivent-ils ensemble ? Les chatons de différentes portées sont-ils mélangés ? Des précautions d’hygiène particulières sont-elles prises lorsque les manipulateurs passent d’un groupe de chatons à l’autre ?

Ces considérations sont importantes, car le fait de mettre ensemble des chatons d’origines différentes et inconnues augmente la probabilité de propagation de maladies contagieuses.

Choses à vérifier par vous-même pendant la visite :

Conseils: choisir chatons en refuge
1. Observez bien la mère avec ses chatons !
Cela ne s’applique bien sûr qu’aux éleveurs et aux familles, mais c’est important.

2. La mère a-t-elle l’air en bonne santé ?
Une mère en mauvaise santé a plus de difficultés à s’occuper de ses chatons et peut être contagieuse pour eux. Cela peut aussi refléter le niveau de soins fournis par l’éleveur ou la famille. Il est également judicieux de demander à l’éleveur ou à la famille si la mère est vaccinée et quels types de soins préventifs elle a reçu contre les parasites internes et externes.

3. Comment la mère réagit-elle à votre égard ?
Un chat affectueux et confiant est plus susceptible d’élever des chatons affectueux et confiants.

4. Combien y a-t-il de chats et de chatons dans le ménage ?
On observe une augmentation du risque de maladie lorsqu’il y a beaucoup de chats. Le grand nombre de chats rend le soin individuel et particulier de l’éleveur à chacun d’eux plus difficile. Cela peut aussi augmenter le niveau de stress de chacun, ce qui diminue leur immunité et les rend plus sensible aux maladies.

5. L’environnement de vie est-il propre (gamelle, litière, literie, reste de la pièce) ?
La propreté du lieu de vie est souvent à l’image du niveau de soins prodigués par l’éleveur, la famille ou les employés du refuge. Un environnement propre réduit également le risque de maladie.

6. Est-ce qu’il présente tous les signes de bonne santé ?
– Aspect général: le chaton doit être vif et curieux
– Nez: il ne doit y avoir aucun écoulement visible
– Les yeux: ils doivent être brillants et propres
Oreilles: elles ne doivent pas être rouges et doivent être propres
Sous la queue: cette zone doit être propre, sans traces de diarrhée ou de rougeur
– Pelage: le pelage doit être propre, sans traces de parasites (puces ou acariens visibles ou leurs excréments qui ressemblent à de petites taches noires de saleté), la peau ne doit pas être rouge, et le chaton ne doit pas se gratter
– Mouvement: le chaton doit se déplacer avec aisance et agilité

Conseil ! Recherchez ces mêmes signes chez les autres chatons, car certaines maladies peuvent être transmises à toute la portée.

7. Est-ce qu’il a été vermifugé ?
Ce sont des informations importantes à donner à votre vétérinaire lors du premier examen du chaton, afin de mettre en place le meilleur plan de soins préventifs.

8. Est-ce qu’il a été identifié ?
Certains pays exigent que les chatons soient munis d’une micro-puce avant l’achat. Renseignez-vous pour savoir si c’est le cas là où vous vivez et assurez-vous que l’éleveur respecte les exigences légales. Une micropuce est la meilleure forme d’identification et a permis de ramener de nombreux chats perdus à la maison en toute sécurité.

9. Est-ce que le chaton a été vacciné ?
La réglementation varie d’un pays à l’autre en matière de vaccination. Demandez à votre vétérinaire quelles sont les exigences légales là où vous vivez. Si vous adoptez un chaton provenant d’un autre pays, certains vaccins peuvent être nécessaires avant le voyage, alors assurez-vous d’en être informé suffisamment à l’avance. Si le chaton a été vacciné, n’oubliez pas de lui demander son carnet de vaccination afin que votre vétérinaire sache quand lui faire ses rappels.

10. Que mange les chatons actuellement ?
Demandez à l’éleveur, à la famille ou au refuge s’ils peuvent vous donner un sachet de la nourriture actuelle du chaton. Le déménagement vers un nouvel environnement est stressant pour lui. S’assurer qu’il ait une alimentation à laquelle il est habitué peut réduire les risques de diarrhée au cours des premiers jours. Votre vétérinaire pourra ensuite vous indiquer la meilleure alimentation adaptée à votre chat et comment faire la transition en douceur.

11. Quelle est sa litière ?
Tout comme pour la nourriture, donner à votre chaton la litière qu’il a l’habitude d’utiliser lui apportera quelque chose de familier et de réconfortant dans son nouvel environnement.

12. Est-ce que le chaton était à l’aise lorsque vous l’avez manipulé ?
Les chatons peuvent être timides au début, mais si vous êtes capable de les toucher, les manipuler et de jouer avec eux à la fin de votre visite, c’est signe qu’ils sont confiants et équilibrés. Si, par contre, le chaton était nerveux, voire défensif et/ou agressif, il grandira probablement de la même manière. Dans ce cas-là il faudra peut-être trouver une famille ou le seuil de stress est minimum. Par exemple dans un foyer sans enfants ou autres animaux de compagnie.

Vous avez aimé cet article et souhaitez en apprendre plus sur la santé et le bien-être de votre animal ? Visitez GRATUITEMENT  notre e-Expo 2020, consacrée aux Soins Préventifs et au Bien-être des animaux de compagnie.

JE PARTICIPE